Dispositifs nationaux d’éducation à l’image

Les dispositifs scolaires Ecole et Cinéma, Collège au cinéma et Lycéens et apprentis au cinéma proposent aux élèves de découvrir des œuvres cinématographiques lors de projections organisées spécialement à leur intention dans la salle de cinéma.

 

 

École et cinéma…

…propose aux élèves, de la grande section de maternelle au cours moyen (CM2), de découvrir des œuvres cinématographiques lors de projections organisées spécialement à leur intention dans les salles de cinéma. Ils commencent ainsi, grâce au travail pédagogique d’accompagnement conduit par les enseignants et les partenaires culturels, une initiation au cinéma.

consulter les dossiers pédagogiques école et cinéma

Organisation

L’association Les enfants de cinéma coordonne le dispositif au niveau national, en liaison avec le CNC et le Ministère chargé de l’Education.
Elle a également la charge de l’évaluation de l’opération, au niveau national.
La conception, la rédaction et l’impression des documents pédagogiques destinés aux enseignants et aux élèves sont aussi assurées par l’association.
Au niveau régional, les DRAC, interlocuteurs des partenaires institutionnels et professionnels locaux, soutiennent la coordination du dispositif dans les départements relevant de leur compétence et accompagnent la mise en œuvre de l’action sur le terrain. Elles subventionnent les coordinations départementales ainsi que certaines actions d’accompagnement.
Le Ministère chargé de l’Éducation ouvre ses dispositifs de formation, dans le cadre du Plan académique de formation, aux enseignants impliqués dans l’opération.
Un interlocuteur départemental est désigné pour suivre l’opération, au sein de l’Inspection académique. Un coordinateur départemental (exploitant de salles de préférence) est choisi par la DRAC. Elle le subventionne pour ses activités de coordination du dispositif. Il est notamment chargé de coordonner les aspects techniques et logistiques de la circulation des copies de films, en liaison avec le CNC, les distributeurs et les autres salles du département.

 

Collège au cinéma…

…propose aux élèves, de la classe de sixième à celle de troisième, de découvrir des œuvres cinématographiques lors de projections organisées spécialement à leur intention dans les salles de cinéma et de se constituer ainsi, grâce au travail pédagogique d’accompagnement conduit par les enseignants et les partenaires culturels, les bases d’une culture cinématographique.

consulter les dossiers pédagogiques collège au cinéma

La participation à cette action repose sur le volontariat des chefs d’établissements et des enseignants qui souhaitent y faire participer leurs classes. Les activités de Collège au cinéma sont inscrites dans le temps et le calendrier scolaire au rythme minimum d’une projection par trimestre.

Ses objectifs

  • former le goût et susciter la curiosité de l’élève spectateur par la découverte d’œuvres cinématographiques en salle, dans leur format d’origine, notamment en version originale
  • offrir, dans le cadre du partenariat entre les ministères concernés et les collectivités territoriales, des prolongements pédagogiques et des formations
  • veiller à l’accès sur l’ensemble du territoire du plus grand nombre d’élèves à la culture cinématographique
  • participer au développement d’une pratique culturelle de qualité en favorisant le développement de liens réguliers entre les jeunes et les salles de cinéma


Ses moyens,
des films et des outils d’accompagnement

Les films présentés en version originale sous-titrée en français, bénéficient de tirages de copies neuves ; ils sont majoritairement classés art et essai et privilégient les films français, européens et les cinématographies peu diffusées.
Chaque film est accompagné d’un dossier pédagogique (dossier maître) destiné à l’enseignant et d’une fiche thématique remise à chaque élève (fiche élève).
Une opération partenariale

Collège au cinéma est un dispositif à vocation nationale qui repose sur l’engagement de quatre partenaires principaux: le Ministère de la Culture et de la Communication (CNC, SCPCI-DEDAC, DRAC), le Ministère de l’Education nationale (Direction générale de l’enseignement scolaire DGESCO, les inspections d’académie, les collèges et leurs équipes pédagogiques), les collectivités territoriales (Conseils généraux) ; les professionnels du cinéma (exploitants, distributeurs).

Pilotée par le CNC

Le CNC est chargé de la coordination nationale du dispositif. A ce titre, il est l’interlocuteur des partenaires institutionnels et professionnels de l’opération. Il convoque et anime l’instance nationale de concertation, valide les propositions de programmation de films et évalue l’opération. Il prend en charge le tirage et le sous-titrage des copies de films, la conception, la rédaction et l’impression des documents pédagogiques destinés aux enseignants et aux élèves.
Qui s’appuie sur une commission nationale

Créée en 2004, l’instance nationale de concertation Collège au cinéma est composée de vingt-deux membres représentant les partenaires impliqués dans l’opération. Elle est chargée de proposer au Président du CNC des titres de films et de réfléchir sur l’évolution du dispositif. Sa présidence et son secrétariat sont assurés par le CNC.
Et un réseau de partenaires régionaux

Les échelons déconcentrés des ministères chargés de la culture et de l’éducation nationale (Conseillers cinéma en DRAC et Inspections d’académie), les Conseils généraux, les établissements cinématographiques et les enseignants volontaires constituent le réseau Collège au cinéma.
Les Directions Régionales des Affaires Culturelle (DRAC)

Interlocuteurs des partenaires institutionnels et professionnels locaux, les DRAC soutiennent la coordination du dispositif dans les départements relevant de leur compétence et accompagnent la mise en œuvre de l’action sur le terrain. Elles subventionnent les coordinations départementales ainsi que certaines actions d’accompagnement.
Les Collectivités territoriales

Les Conseils généraux accompagnent la mise en œuvre de l’opération sur le terrain. Ils financent le coût des entrées des élèves dans les salles de cinéma, certaines actions culturelles et pédagogiques ainsi que le transport des collégiens vers les salles de cinéma, dans un souci d’aménagement du territoire..
Les Inspections d’académie

Elles sont chargées des relations avec les établissements scolaires (inscription des élèves, statistiques). Elles financent également les stages de formation et assurent dans de nombreux endroits la diffusion de documents pédagogiques.
Les comités de pilotage départementaux

Au niveau départemental, l’Inspection académique, le Conseil général, la DRAC, le coordinateur cinéma de l’opération, les représentants des exploitants locaux, les représentants des chefs d’établissement, voire d’autres acteurs locaux (festivals, formateurs, pôles régionaux d’éducation artistique) constituent un comité de pilotage qui définit les orientations et suit l’opération localement. Il procède au choix des films, à partir de la liste nationale validée par le CNC. Ce choix s’applique alors à l’ensemble des collèges du département. Il décide du contenu des actions d’accompagnement et de formations afférents au dispositif et procède à une évaluation annuelle de l’opération.
Les coordinateurs cinéma

En concertation avec l’Inspection académique, le Conseil général et le CNC, un coordinateur départemental (exploitant de salles de préférence) est choisi par la DRAC, après consultation des organisations professionnelles qui le subventionne pour ses activités de coordination du dispositif. Il est notamment chargé d’organiser les séances de prévisionnement et de coordonner les aspects techniques et logistiques de la circulation des copies de films, en liaison avec le CNC, les distributeurs et les autres salles du département.
Les coordinateurs de l’éducation nationale

Missionné par l’Inspection académique, le coordinateur éducation nationale assure, conjointement avec le coordinateur cinéma, la mise en œuvre concrète ce l’opération : inscription et mobilisation des classes, mise en place des formations.
Les enseignants

Les enseignants bénéficient de séances de prévisionnements, animés par des intervenants professionnels et de stages de formation organisés par les Inspections académique. Ils travaillent sur les œuvres avec les élèves des classes inscrites dans le dispositif.


Les salles de cinéma

Les exploitants s’engagent à assurer les conditions d’accueil et de projection optimum, à pratiquer le tarif fixé nationalement (2,50€) et à veiller à ce que le nombre d’élèves présents ne compromette pas la finalité du visionnage.

Mode d’emploi

Dans les départements où Collège au cinéma est déjà mis en place :
Les salles de cinéma et les collèges qui veulent participer à l’action peuvent utilement et directement s’adresser à la salle de cinéma ou à l’association qui est chargée de la coordination départementale cinéma de l’opération: pour notre salle: contactez la coordinatrice départementale:

Stéphanie Piéra

Tel : 05 56 49 87 23

Email: contact@artec-cinemas.fr

 

Lycéens et apprentis au cinéma

Lycéens et apprentis au cinéma est un dispositif scolaire qui s’inscrit dans la politique de sensibilisation et d’éducation artistique du jeune public conduite par le CNC.
Il s’adresse aux élèves des lycées d’enseignement général et professionnel, publics et privés, des lycées agricoles et des centres de formation des apprentis (CFA).
Dans ce cadre, les lycéens et les apprentis découvrent des œuvres cinématographiques lors de projections organisées spécialement à leur intention dans les salles de cinéma. Grâce au travail pédagogique d’accompagnement conduit par les enseignants et les partenaires culturels, ils se constituent les bases d’une culture cinématographique.

consulter les dossiers pédagogiques lycéens et apprentis au cinéma

Les films présentés, en version originale sous-titrée en français, bénéficient de tirages de copies neuves. Ils sont majoritairement classés art et essai et une partie importante d’entre eux sont français et européens.

Organisation

Au niveau régional :

les DRAC, interlocuteurs des partenaires institutionnels et professionnels locaux, soutiennent la coordination du dispositif dans la région relevant de leur compétence et accompagnent la mise en œuvre de l’action sur le terrain. Elles subventionnent les coordinations régionales ainsi que certaines actions d’accompagnement.
Le Ministère chargé de l’Education nationale ouvre ses dispositifs de formation, dans le cadre du Plan académique de formation, aux enseignants impliqués dans l’opération. Il est associé en amont à la définition du cahier des charges défini pour la production des outils pédagogiques.
Le représentant de la Délégation académique à l’action culturelle (DAAC), le conseiller DRAC et la coordination régionale définissent ensemble le cahier des charges de l’offre de formation.
Les Régions sont des partenaires privilégiés de l’opération.

La mise en œuvre de Lycéens et apprentis au cinéma intervient dans le cadre des conventions de développement cinématographique et audiovisuel conclues entre le Ministère de la culture et de la communication et les Conseils régionaux.
Sur crédits déconcentrés du Ministère de la culture et de la communication (CNC), les DRAC participent, avec les Conseils régionaux, au financement des frais de coordination régionale du dispositif et de certaines actions locales d’accompagnement. Les Régions prennent en charge les dépenses d’impression et de diffusion des documents d’accompagnement. Elles participent au comité de pilotage régional et, à ce titre, au choix régional des films Lycéens et apprentis au cinéma, ainsi qu’à la mise en œuvre du dispositif, toujours au niveau régional.
Le Conseil régional, la DRAC, le coordinateur régional, la DAAC, l’Inspection pédagogique régionale, la DRAF, les représentants des exploitants locaux, des enseignants volontaires, voire d’autres acteurs locaux (festivals, formateurs, pôles régionaux d’éducation artistique et de formation au cinéma et à l’audiovisuel) constituent un comité de pilotage qui définit les orientations et suit l’opération à l’échelle régionale.
C’est lui qui procède au choix des films, à partir de la liste nationale validée par le CNC. Ce choix est proposé alors à l’ensemble des lycées de la région. Il en est de même dans certaines régions pour l’ensemble des centres de formation des apprentis (CFA).
Il décide aussi du contenu des actions d’accompagnement et de formation afférents au dispositif.
Un coordinateur régional (association loi 1901, réseau de salles, festival, rectorat, conseil régional) est désigné dans le cadre des conventions de développement cinématographique et audiovisuel passées entre l’État et la Région.

Il est chargé de :

  • coordonner les aspects techniques et logistiques de la circulation des copies de films, en liaison avec le CNC
  • développer le partenariat entre les salles et les établissements
  • organiser et mettre en place les formations en collaboration avec les rectorats
  • favoriser le développement des actions complémentaires (interventions de professionnels, participation à des festivals…).

Une évaluation annuelle de l’opération est confiée à la coordination régionale qui l’adresse ensuite à l’ensemble des membres du comité de pilotage et au CNC.

Mode d’emploi

Les établissements scolaires qui veulent participer à l’opération peuvent directement s’adresser à la structure chargée de la coordination régionale du dispositif.
Pour la région Nouvelle Aquitaine, il faut contacter:

Sébastien Gouverneur
Tél. : 05 47 50 10 26
Courriel : sebastien.gouverneur@ecla.aquitaine.fr

Hélène Pernette
Tél. : 05 47 50 10 28
Courriel : helene.pernette@ecla.aquitaine.fr